Lifestyle,  Uncategorized

Chroniques d’une Apprentie CaissiĂšre Ep. 2 🔼

Avant tout : Merci. Merci pour les nombreux retours positifs que j’ai reçu sur le premier Ă©pisode de cette sĂ©rie, je ne m’attendais pas Ă  un tel engouement –tout de suite les grands mots– et je suis heureuse de vous avoir fais sourire avec mes petites anecdotes!

Nous nous retrouvons donc aujourd’hui avec l’Ă©pisode deux des Chroniques d’une Apprentie CaissiĂšre.

*Jingle*

Twister

Ce qui est drĂŽle avec les gens c’est qu’ils ne sont jamais ce qu’ils prĂ©tendent ĂȘtre. Je vous explique, le magasin oĂč je travaillais Ă©tait situĂ© dans l’arrondissement “friquĂ©” de Lyon. On aurait pu croire que les gens nous visitant Ă©taient donc cultivĂ©s, aimables et respectueux (ou au moins l’un des trois) mais que nenni.
~
Le soir , avant de mettre en rayon les produits frais, nous devions vĂ©rifier les dates des produits pour retirer ceux dont la date de pĂ©remption approchait (nous donnions tout ces produits Ă  une association), vous vous doutez, cette opĂ©ration prenait un peu de temps car chaque produit devait ĂȘtre vĂ©rifiĂ©. Du coup, chaque employĂ© avait son rayon Ă  vĂ©rifier, ça pouvait ĂȘtre les yaourts, le fromage, etc.

Ainsi, chaque soir, dans le magasin vous pouviez assister à un magnifique ballet de personnes faisant tout pour ne pas nous toucher pendant que nous vérifions nos produits.

J’avoue que je laissais souvent les gens galĂ©rer, faisant mine d’ĂȘtre concentrĂ©e et de ne pas les voir, juste pour constater jusqu’oĂč ils seraient prĂȘts Ă  aller pour ne pas me parler. Et je n’Ă©tais jamais déçue!
Vous n’imaginez pas le ridicule de certaines situations, des bras surgissant de nul part au dessus de nous, des tĂȘtes de clients presque littĂ©ralement entre nos jambes quand nous Ă©tions sur nos Ă©chelles (pour les rayons en hauteur), des mains coincĂ©es dans les portes vitrĂ©es et j’en passe.
Parce que oui, nous dire Excusez-moi c’Ă©tait bien trop en demander..!

Je sais que ça ne part pas d’une mauvaise intention mais je trouve ça tellement irrespectueux, les employĂ©s ne sont pas des plantes vertes !

Le client Octopus

Dans le genre client tĂȘtu vous avez aussi un certain spĂ©cimen qui se croit dotĂ© de super-pouvoirs et/ou d’extra bras… Le genre de client qui tient dans ses bras un paquet de riz, des Ɠufs, un pack de 12 rouleaux de papier toilette, de la farine, une bouteille d’huile (en verre, Ă©videmment) et tout juste s’il n’a pas quelque chose en Ă©quilibre sur la tĂȘte.

Voyant la catastrophe arrivée (ou juste le bon sens) vous vous dirigez vers lui en lui proposant aimablement un panier.Bien sûr, le client octopus refuse, trop fier et trop sûr de lui.

Tellement sĂ»r de lui que si son tĂ©lĂ©phone sonne, il va dĂ©crocher sans l’ombre d’une hĂ©sitation (les affaires n’attendent pas hein!).
4 fois sur 5 ça ne manque pas et quelques minutes aprĂšs l’inĂ©vitable se produit…

Et qui va nettoyer tout ça? C’est Bibi !

– 🌟

Pour la partie 3, c’est par ici !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *